Rechercher dans ce blog

dimanche 14 juillet 2019

Nouvelle sortie en mer au large de sud de la Bretagne.

Objectif des deux sorties: Dauphin commun, grand dauphin, petit rorqual.
-----------------

CROISIERE "MOR BRAZ"
Au départ du Golfe de Morbihan, Faune Océan vous emmène à la rencontre des dauphins mais aussi des oiseaux marins du Mor Braz. Cette grande baie, située entre Guérande, la presqu’île de Quiberon et les îles de Belle-Île et Hoëdic accueille une faune particulièrement riche et variée. Vous embarquez à bord de l’Angélus III ou IV, navires confortables et offrant une visibilité de grande qualité grâce à leurs ponts supérieurs spacieux. En plus des commentaires sur les différentes observations, Faune Océan vous propose une conférence délivrée par un naturaliste sur les cétacés et les oiseaux marins.


La zone de prospection traversée par le bateau s'étend de l'embouchure du golfe du Morbihan jusqu'au large des îles d'Houat et d’Hoëdic. 
---------------------

CROISIERE "FINISTERE SUD"


Depuis Concarneau jusqu’au large de Penmarch, Faune Océan vous emmène à la rencontre de la faune marine du Golfe de Gascogne. Cette croisière peut être l’occasion de croiser la route des requins bleus, des dauphins, des baleines (petit rorqual) et de nombreux oiseaux marins. Vous embarquez à bord de l’Azénor, catamaran confortable et offrant une visibilité de grande qualité grâce à ses ponts supérieurs spacieux. En plus des commentaires sur les différentes observations, Faune Océan vous propose une conférence délivrée par un naturaliste sur les cétacés et les oiseaux marins.


Les observations sont possibles sur tout le trajet, mais le coeur de la zone d’observation se situe sur un grand secteur au large de la pointe de Penmarch. Un guide naturaliste est à votre disposition pour commenter les différentes observations et répondre à vos questions. 

samedi 29 juin 2019

Sortie en mer du 29/6/19.

Houle modéré de 1,50 m, avec un vent faible de force 2. Nous n'avons observé que deux espèces de cétacé, les dauphins communs et 3 voire 4 Ziphius de cuvier (ensemble)

Bilan des 17 sorties en mer d'une journée, je reste toujours à 6 cétacés vus,
3 cachalots ont été observé il y a 1 semaine, j'ai pas eu la chance de les revoir. 
Le rare marsouin commun est pourtant sédentaire dans cette zone, comme l'est aussi le mésoplodon de Sowerby, et comme peu l'être aussi le dauphin de Risso.

Tous ces cétacés sont très rare d'observation et ce n'est pas avec 2 voire 3 sorties par an, qu'il me sera facile de les voir, il faut aussi de la chance. 

Le propriétaire du bateau: 
https://karraspio.es/
Dauphin commun
Delphinus delphis




Ziphius carvirostris 
 Ziphius de Cuvier

Les 6 espèces observées:

Rorqual commun, Ziphius de Cuvier, Globicéphale noir, Gd dauphin, dauphin bleu-blanc, Dauphin commun.

Celles que je recherche: Cachalot, Marsouin commun, dauphin de Risso.

---------------

Voici mon expérience.
Pourquoi avec Karraspio, parce que son bateau est très confortable, qu'il possible de faire une sieste à l'intérieur, de se mettre à l'abri du vent, etc ...!!   

mardi 26 mars 2019

Les mortalités de petits cétacés induites par la pêche au large de la côte atlantique française

Alors que la question des captures accidentelles de dauphins communs dans des engins de pêche fait à nouveau l’actualité, l’Observatoire Pelagis donne les effectifs d’échouages de dauphins communs enregistrés cet hiver par les correspondants du réseau national Echouages (RNE) sur la façade Atlantique (actualisés au 18 mars 2019) et rappelle les chiffres issus des travaux scientifiques récents.

http://www.observatoire-pelagis.cnrs.fr/actualites-240/actualites/article/les-mortalites-de-petits-cetaces

vendredi 22 mars 2019

Naufrage du Grande America : voici tout ce qu’il y avait à bord du navire.

La liste détaillée du chargement du navire été communiquée. Plus de 1050 tonnes de matières dangereuses étaient à bord lors du naufrage, survenu le 12 mars dernier. AFP


L’association Robin des Bois avait demandé un inventaire de ce que contenait le cargo. Il a été rendu public ce jeudi. Et il n’est pas rassurant
Poissons, méduses, mollusques, calmars géants et bestioles bizarres et luminescentes des grands fonds atlantiques, un bon conseil : passez votre chemin. La carcasse du cargo « Grande America », qui va bientôt rouiller à 4600 mètres de profondeur sur la plaine abyssale, est lourde de menaces.
Ce jeudi, les autorités ont accédé à la demande formulée par l’association Robin des Bois au Secrétaire Général de la Mer (qui est rattaché aux services du Premier ministre). Lors d’une réunion convoquée à Brest par le préfet maritime, le vice-amiral d’escadre Jean-Louis Lozier, elles ont communiqué l’inventaire préliminaire de la cargaison qui est basé sur les déclarations de l’armateur. Robin des Bois salue cet exercice de transparence, « une première dans l’histoire de l’accidentologie maritime mondiale ». Pour autant, le contenu de la liste n’incite guère aux réjouissances.

1050 tonnes de matières classées dangereuses

Plus de 1050 tonnes de matières dangereuses étaient à bord lors du naufrage, survenu le 12 mars à 330 kilomètres à l’ouest de La Rochelle. « Ce classement est utile pour la sécurité maritime. Il évite de placer au même endroit dans le bateau des produits incompatibles, susceptibles de réagir chimiquement s’ils entrent en contact. Mais des produits considérés non dangereux peuvent être très nocifs pour le milieu marin. Des résines et des plastiques vont se disperser dans l’environnement. Ils sont toxiques chimiquement pour les organismes vivants qui les rencontrent. Ils sont également toxiques mécaniquement puisqu’ils peuvent être confondus avec des proies, être ingérés et provoquer la mort des animaux », explique Charlotte Nithart, la directrice de Robin des Bois.

Ces marchandises « non dangereuses » sont comptabilisées en nombre de conteneurs. On dénombre ainsi 23 conteneurs de produits chimiques « non dangereux » à bord, 18 conteneurs d’engrais, sept conteneurs de résines, cinq de lubrifiants ou encore un conteneur de fibres de polyester (du textile synthétique). Parmi les produits bel et bien dangereux et classés comme tels par la réglementation, on trouve 720 tonnes d’acide chlorhydrique, 16 tonnes de White Spirit, 82 tonnes d’acide sulfurique et 85 tonnes d’hydrogénosulfure de sodium, un produit qui a plusieurs usages industriels, pour blanchir les matériaux par exemple. L’inventaire ne s’arrête pas là. Ont été embarquées des tonnes d’allume-feux, d’aérosols, de biocides etc.

Une partie a brûlé dans l’incendie

A une telle profondeur, le coût de l’opération serait si important qu’on ne le fera jamais
Dans ce fatras toxique, il est impossible de savoir ce qui a été brûlé dans l’incendie qui a fait rage avant le naufrage, ce qui a été dispersé en mer et ce qui est encore enfermé dans les flancs de l’épave. « Sur le seul plan de la faisabilité technique, on peut envisager d’aller récupérer cette cargaison. Mais à une telle profondeur, le coût de l’opération serait si important qu’on ne le fera jamais », risque Charlotte Nithart.
Selon Robin des Bois, seule la présence avérée de sources radioactives scellées à bord pourrait inciter les autorités à contraindre l’armateur, Grimaldi Group, à lancer une opération de cette nature. L’hypothèse n’est pas farfelue. Les cargos transportent parfois des instruments radioactifs destinés à l’industrie. De tels objets ne figurent pas sur l’inventaire préliminaire du cargo. "On sait qu’il y a une certaine proportion de fausses déclarations dans les cargaisons, entre 4% et 10%. On en aura le cœur net quand on disposera de plus d’informations", commente Charlotte Nithart.

Une casse automobile engloutie

"Une casse automobile de quelque 2100 véhicules est à tout jamais engloutie dans le grand noir des abysses atlantiques"
"Des informations complémentaires ont été demandées à Grimaldi Group. Elles devraient permettre de compléter l’analyse initiale du chargement réalisée par la préfecture maritime et ainsi d’appréhender de la manière la plus exhaustive possible l’ensemble des enjeux environnementaux liés à ce naufrage", précise de son côté la préfecture maritime de l’Atlantique. 
Quoi qu’il en soit, pour le tout-venant, laisser reposer au fond paraît effectivement raisonnable .Une casse automobile de quelque 2100 véhicules est à tout jamais engloutie dans le grand noir des abysses atlantiques. Il y avait à bord du "Grande America" trois camping-cars usagés. Vu la décote supplémentaire à l’argus qui doit leur être appliquée depuis leur plongeon du 12 mars…
  • Voici le détail de la cargaison du Grande America
Cette liste a été communiquée à l’association Robin des Bois par les autorités 
2100 véhicules :
1779 véhicules légers. 1212 neufs et 567 usagés. 42 utilitaires usagés. 3 camping-cars usagés. 64 engins de chantier. 44 neufs et 20 usagés. 22 bus. 20 neufs et 2 usagés. 190 poids-lourds. 43 neufs et 147 usagés. "A noter également 370 colis en vrac"
Marchandises dangereuses au sens IMDG (International Maritime Dangerous Goods Code) et quantité estimée en tonnes :
720 t d’acide chlorhydrique. 85 t d’hydrogénosulfure de sodium [utilisé par exemple pour précipiter les métaux lourds, dans le tannage des peaux et en agent de blanchiment]. 82 t d’acide sulfurique. 62 t de résine en solution. 25 t de prothioconazole [fongicide]. 16 t de White Spirit. 15 t d’allume-feux. 14 t de phosphate de zinc. 9 t d’aérosols Alcanes C14-C17 chloro technical. 7,5 t de véhicules à piles à combustible. 7,2 t de produits de parfumerie. 5,3 t de 5-chloro-2-méthyl-2H-isothiazol-3-one + 2-méthyl-2H-isothiazol-3-one. 2,2 t de polyethersiloxane [agent de polymérisation utilisé notamment dans l’industrie cosmétique]. 0,04 t d’isododecane. 0,02 t de dimethicone isododecane 0,02 t d’éthanol. 0,009 t d’aérosols. 0,003 t d’hélium sous pression.
Marchandises non dangereuses (au sens IMDG) en conteneurs :
Papier : 62 conteneurs. Divers : 55 conteneurs. Nourriture : 45 conteneurs. Acier : 24 conteneurs. Produits chimiques non dangereux : 23 conteneurs. Engrais : 18 conteneurs. Voitures : 10 conteneurs. Bois : 10 conteneurs. Amidon : 8 conteneurs. Machines : 8 conteneurs. Céréales : 7 conteneurs. Résines : 7 conteneurs. Pièces de rechange : 7 conteneurs. Tapis : 5 conteneurs. Lubrifiants : 5 conteneurs. Métaux et alliages : 4 conteneurs. Recyclage : 4 conteneurs. « Effets personnels » : 4 conteneurs. Verre : 3 conteneurs. Nourriture pour animaux : 3 conteneurs. Bière : 2 conteneurs. Pneus : 2 conteneurs. Mouchoirs et papier toilette : 1 conteneur. Boîtes vides :1 conteneur. Bateaux / pièces détachées :1 conteneur. Fibres de polyester : 1 conteneur. 
État des soutes :
190 tonnes de MGO (marine gasoil). 2200 tonnes de IFO 380 (intermediate fuel oil). 70.000 litres d’huile.

https://www.sudouest.fr/2019/03/21/naufrage-du-grande-america-voici-tout-ce-qu-il-y-avait-a-bord-du-navire-5918258-10626.php?fbclid=IwAR3KRy8qYKLxrFDytGII3U8eDgZADeUJrqW1Mg3tFpWmIDOn

vendredi 15 mars 2019

Alerte marée noire.


En ce qui concerne les animaux
Pour les mammifères marins: Contactez le centre Pélagis au 05 46 44 99 10
Pour les tortues marines: Contactez l’Aquarium de La Rochelle au 05 46 34 00 00

mercredi 13 février 2019

Gironde: Une centaine de dauphins échoués en deux semaines sur la côte atlantique.

« Je suis sous l’eau. Tout le monde est sur le terrain », c’est la situation décrite par une personne de l’observatoire Pelagis de La Rochelle quand on lui demande de nous faire un point sur les échouages de mammifères sur la côte atlantique. Comme indiqué par France Bleu Gironde, ils se multiplient ces derniers jours. C’est même l’hécatombe !
En l’espace de deux semaines, près d’une centaine de dauphins se sont échoués entre la Vendée et les Landes. Autre chiffre marquant : 12 dauphins ont été retrouvés sur 9 kilomètres vendredi dernier entre Lacanau et Carcans. Selon l’observatoire Pelagis, ils sont tous morts dans les filets de pêche. Pour preuve, leurs nombreuses blessures.

Pris au piège dans les filets de pêche

Ces dauphins sont souvent pris au piège dans les filets des chalutiers malgré les dispositifs misent en place ces dernières années (répulsifs sonores). Une fois à bord, ils sont rejetés par les pêcheurs. « On les retrouve souvent avec une nageoire coupée au couteau. Ils remontent déjà morts dans les filets et sont rejetés en mer par les pêcheurs », explique le spécialiste Jean-Jacques Boubert à France Bleu.
Si vous localisez une carcasse, vous pouvez joindre l’observatoire Pelagis au 05.46.44.99.10.

https://www.20minutes.fr/planete/2449235-20190212-gironde-centaine-dauphins-echoues-deux-semaines-cote-atlantique?fbclid=IwAR1_-IAlLH4JkQlp4SKFsTgu7W2z-Ojn6lSPgsqYkJYlgbkMsS0KS3Pmhlg

mardi 18 décembre 2018

Sept espèces différentes repérées dans "Les cétacés à 10" sur la côte d'Urdaibai.

Avistadas siete especies diferentes en "Cetáceos a las 10" en la costa de Urdaibai

Il a obtenu plus de 93% de succès en 15 observations depuis son lancement. BILBAO, 17 décembre (EUROPA PRESS) - L'activité 'Cétacés à 10 ans', organisée conjointement par Ekoetxea Urdaibai, AMBAR et Hegaluze, a permis à bon nombre de citoyens d'observer in situ en 2018 sept espèces différentes de cétacés traversant les côtes basques. 


Plus précisément, 776 personnes se sont embarquées au cours de la dernière saison au cours des 15 départs effectués. Neuf des 24 prévus au départ ont été annulés pour cause d'intempérie ou d'intempéries. Sur le reste, ils ont réussi à repérer sept espèces différentes, ce qui représente un taux de réussite supérieur à 93%. 

En ce qui concerne les sept espèces observées, la baleine à bec à cinq points (Ziphius cavirostris) de Cuvier a été vue à cinq reprises; sur quatre, les grands dauphins (Tursiops truncatus); chez trois dauphins rayés (Stenella coeruleoalb); dix, les dauphins communs (Delphinus delphis), une fois rorqual commun (Balaenoptera physalus), dans un autre, les dauphins de Risso (Grampus griseus) et un autre trois baleines à bec Sowerby (baleine à bec de Sowerby). 

Comme indiqué Ekoetxea Urdaibai, l'objectif de « Cetáceos à 10 » est conscience de l'importance de la conservation de ces mammifères marins à travers des sorties guidées en bateau pour surveiller in situ la diversité des cétacés côtes transitant Basque Cette activité est soumise aux règles de conduite qui doivent être respectées afin de ne pas endommager, gêner ou déranger les cétacés.

En outre, AMBAR collabore avec le Département de l'environnement, de l'aménagement du territoire et du logement du gouvernement basque au sein du réseau Stranding, qui recueille depuis 20 ans des informations scientifiques sur les cétacés, les pinnipèdes, les requins et les tortues qui atteignent la côte basque. Ces informations sont complétées par les enregistrements des recensements maritimes et développent des activités de diffusion et de sensibilisation des citoyens.

Dès 2019 déjà, seront annoncées les sorties prévues afin que les citoyens puissent accéder à ce magnifique spectacle naturel. En outre, le navire Hegaluze fera l'objet d'une petite réforme visant à accueillir plus de personnes et même à leur permettre d'être plus à l'aise aux points de passage.

Ekoetxea Urdaibai, situé à Busturia, fait partie du réseau de centres environnementaux du département de l'Environnement, de la Planification territoriale et de l'Habitation du gouvernement basque et est géré par la Société de gestion de l'environnement public d'Ihobe.

https://www.europapress.es/euskadi/noticia-avistadas-2018-siete-especies-diferentes-cetaceos-10-costa-urdaibai-20181217141807.html?fbclid=IwAR2VWroUoosT6tqAVI9IuSgB2vGVNpP1gmms8EgcH

dimanche 4 novembre 2018

Les eaux du Saint-Laurent, a priori paradisiaques pour les grands cétacés, semblent frappées de malédiction : de plus en plus de baleines mortes s’échouent sur le rivage, surtout des petits et des femelles porteuses. 
De quoi meurent ces géants des mers ? Les chercheurs étudient plusieurs pistes…
https://www.arte.tv/fr/videos/079431-012-A/xenius-baleines-en-souffrance-au-canada/?fbclid=IwAR0Hs_FNT0yxcytGMc-AaIUaC7OV6vv2x-NI4iIsMLq0vNRxihK4xBOsc1I

lundi 17 septembre 2018

Grande victoire pour les baleines et la conservation.

Grande victoire pour les baleines et la conservation à #iwc67 ce matin : la proposition de paquet du Japon, qui menace l'interdiction mondiale de la chasse à la baleine commerciale, a été rejetée ! 🙌🐳
#savethewhales #worthmorealive #stopthehunt

samedi 15 septembre 2018

Il reste des places de libre.

Ballena mañana domingo 16/9, todavía hay lugares libres.
Ver: Karraspio.es
Sortie baleine demain dimanche 16/9, il reste des places de libre. 
Voir: http://www.karraspio.es/

Salida de Mutriku a las 9 a.m.
Inscription, registro: https://www.facebook.com/rosa.conde.336

dimanche 29 juillet 2018

Sortie en mer du 29/7/18.

Houle avec des creux de 2 mètres, et 12 secondes entre deux vagues, mer de force 3, ceux qui est limite pour faire des observations.
Nous n'avons vu qu'une espèce de cétacés, le dauphin commun dont une mère avec un jeune. 

Le parcours de recherche des cétacés en rouge du 29 juillet.
Mon parcours idéal en blanc, il est en fonction de mes 16 participations et observations en mer depuis 2012.  

Les participants, ils sont tous de l'association AMBAR. 

L'espadon
Les deux espadons

 Les trois photos sont le jeune avec sa mer.


Chez les dauphins communs, il y a toujours un paver blanc sur la dorsale 

L'organisation de la journée, c'est pas gagné !!!
Les tours de vigie à la mer 

La position de mon observation par apport au bateau.

Le marsouin est tellement rare, qu'une étude est conduite.

Pourquoi des Bushnell ?

A ce propos, sans faire de la pub, il faut dire que cette marque offre des modèles marines étanches, dans une belle gamme de choix entre les 7 x 50 et les 8 x 42 avec des prix raisonnables.

Pour les observations en mer qui dure jusqu'à 8 voir 10 heures, il ne faut surtout pas aller au delà du grossissement 8 et avoir un large champ de vision, surtout si l'on observe à main levé.
Exp: c'est la distance à 1000 mètres. (140 m à 1000 m) 

Pour l'étude des cétacés, l'idéal c'est 7 x 50.
Pour l'ornithologie, l'idéal c'est 10 x 42.
Le compromis pour faire les deux activités c'est 8 x 42. 

Personnellement j'ai des 8 x 42 Légend M (Bushnell).

Dans cette gamme de prix qui est de 300€ à 500€, il y a d'autre très bonne marque. 
---------------- 

Et un très bon resto, en haut du village sur la place de l'église, mairie, et tourisme, il n'est pas sur le port comme pourrait le laisser penser cette image.
(La morue à la plancha est copieuse).  

samedi 16 juin 2018

Sortie test pour vos enfants de 4 heures en mer. Avec Ambar.

Jeune parent, je vous présente pour vos enfants une sortie test de 4 heures, afin de voir s'ils ne sont pas sujet au mal de mer, car j'ai vu trop d'enfants, et même des ados très malade en mer.
Donc, avant de faire une journée complète en mer de 10 heures, il vaut mieux faire un test sur 4 heures.

Un couple de jeune parent.
Le Bateau.
Le circuit de 4 heures en mer 

jeudi 31 mai 2018

C'est la période pour réserver votre journée pour aller observer les cétacés.

J'y ai observé 6 espèces de cétacé: Rorqual commun, Ziphius de Cuvier, Globicéphale noir, Gd dauphin, dauphin commun, dauphin bleu-blanc.

Le 9 septembre est déjà complet. 
http://karraspio.es/excursiones/ballenas-y-aves-marinas

samedi 28 avril 2018

Le nouveau port d'attache à Mutriku de Karraspio.es pour l'observation des cétacés en mer de Biscaye.

Itinéraire depuis la France 

A une heure de la frontière, Hendaye.

Voici le trajet dès la sortie de l'autoroute. 

Mutriku, une ville moderne.

Le Port d'attache. Rendez-vous à 8,45 h, Départ à 9 heures.

Le bateau dans le port de Mutriku.


Trajet pour l'observation en Mer. de 9h à 17 heures. 
10 heures d'observation en mer.